dimanche 31 décembre 2017

10 questions pour terminer 2017

Plutôt que de faire une rétro comme chaque année, j’ai trouvé sur ce joli blog, 10 questions pour terminer l’année 2017.

1) Quels ont été vos 5 meilleurs moments de l’année?

Notre voyage en amoureux à Copenhague.
Les premières fois de notre fille.
Les frissons en lisant “Adélaïde” de Marie Laberge.
Le salon du livre de Genève et le Royaume du Web avec mes copines.
Le marathon "Belle et la Bête" au cinéma : VOSTFR l'après-midi & VF le soir.

2) Vous êtes vraiment content que ça soit fini, de quoi s’agit-il ?

Des angoisses liées à l’administration et la recherche de travail. Après mon congé maternité début mars, j’ai décidé de quitter la librairie numérique Glose, en parfaite entente et accord avec eux. La librairie traditionnelle me manquait trop et je voulais un temps partiel. Les trois mois de chômages m’ont vraiment angoissé. Pas tant d’y être, plutôt tous les soucis administratifs que ça m’a amené. Le jour où j’ai retrouvé du travail, au taux voulu et à l’endroit souhaité, ces angoisses se sont envolées pour ne pas revenir de l’année. Et ça, c’est plutôt la meilleure nouvelle de l’année!

3) En quoi êtes vous différente de la personne que vous étiez il y a 365 jours ?

Je suis beaucoup plus confiante! Le premier mois de ma vie de maman a été déconcertant. Je doutais énormément de moi. Une année après, je peux dire à quel point je suis changée dans ce domaine, mais pas que, et heureuse.

4) Avez-vous réussi ou accompli quelque chose que vous avez oublié de fêter ? (Prenez le temps de vous féliciter pour tout ce que vous avez accompli cette année.)

Mon organisation. Gérer plusieurs strates dans ma vie (maison, boulot, vie sociale, youtube/blog), et faire que tout roule tout le temps. Je suis fière d’y arriver, sans que cela me demande d’efforts particuliers.

Ma démarche vers le zéro déchet. Les changements n’ont pas été flagrants, et pourtant je sais que j’agis mieux de mois en mois. Les produits rachetés à neuf, dans des emballages jetables sont de plus en plus rares. Et même si le début peut être difficile je m’y suis tenu, et j’y arrive de mieux en mieux.

5) Sur quoi avez-vous ouvert les yeux cette année ?

Sur la bienveillance. Je n’ai jamais été une personne méchante, exprès. Mais bien sûr, comme tout le monde je pense, ça m’est arrivé de critiquer quelqu’un ou quelque chose sur le coup, trop rapidement, sans réellement connaître.
Cette année j’ai vraiment remis en avant la bienveillance. C’est quelque chose que je veux prôner au maximum. Internet est un outil formidable, mais il attire bien sûr aussi des aspects négatifs. Ceux qui me touchent le plus sont la méchanceté gratuite, l’acharnement et le harcèlement. Ce ne sont pas des attitudes à avoir, que ce soit dans la rue, à l’école, au boulot et sur Internet. Le virtuel n’est pas irréel, c’est aussi “la vraie vie”, et les gens qui écrivent ou qui lisent ces messages virulents sont de vraies personnes, qui font du mal à de vraies personnes. La vidéo de Marion Seclin est à voir.  



6) Qui vous a réellement soutenu cette année ?

Je n’ai jamais eu beaucoup d’amis, ceux avec qui vous pouvez parler de tout. Et cette année plusieurs événements ont fait que j’ai pris mes distances, et même si au départ c’était douloureux, aujourd’hui je me sens bien avec cette séparation. Mais mon conjoint est toujours et de plus en plus à mes côtés, mes parents, mes booktubiatches, et mes amis d’ici qui sont toujours présents pour aller boire un verre et papoter durant de longues heures.

7) Qu’est-ce que vous avez toléré pendant longtemps mais que, désormais, vous ne supportez plus?

Les remarques sexistes.
Les discours “non mais tu vois ça a toujours fonctionné comme ça, donc bon….” oui mais aujourd’hui le monde avance, donc on peut faire d’autres choses et vivre avec son temps.
J’ai toujours été timide et discrète, et les premières fois où j’ai enfin osé dire ce que je pensais, m’ont fait monter le rouge aux joues. Maintenant ça me vient naturellement. On peut ne pas être d’accord, mais je ne vais plus dans le sens des choses avec lesquelles moi, je ne suis pas d’accord.

8) Quelles croyances ou opinions avez-vous abandonné ?

“Je ne peux pas changer le monde à mon échelle”. J’ai abandonné cette excuse. Cette année j’ai rencontré Agnès Ledig, une autrice adorable et courageuse. A travers l’interview que j’ai pu faire d’elle, elle m’a rappelé l’histoire du colibri, qui même minuscule aide à éteindre le feu de la forêt. On peut tous faire notre part, pour que ce monde soit meilleur. Des petits gestes du quotidien, peuvent s’accumuler pour faire un geste gigantesque.

9) Qu’est-ce qui a été vraiment difficile mais qui, au bout du compte, vous a fait grandir ?

Le lâcher prise. J’ai passé trop d’année à me laisser atteindre. Même si aujourd’hui je suis encore et toujours très sensible, je travaille sur cet aspect. Je relativise, et si les gens ne veulent pas être bienveillants avec moi, tant pis, je le serais pour moi-même en me détachant de leurs paroles.

10) Si vous pouviez remonter le temps, que diriez-vous à votre moi d’il y a un an ?

Ca va être une année géniale! Respire, tout ira bien, ce qui te fais peur aujourd’hui va se résoudre de façon simple et naturelle.


mardi 19 décembre 2017

Le crime de l'Orient-Express

Un wagon de l'Orient-Express bloqué par les neiges et, dans un compartiment, un Américain lardé de douze coups de couteau. Hercule Poirot mène l'enquête.


Mon avis

Oui, je vous entends déjà : Quoi ? Jamais lu d’Agatha Christie ? Mais et Les 10 petits nègres ? Et tous les autres ??! Oui, ben oui, il faut bien commencer quelque part. J’ai profité de la future nouvelle adaptation du Crime de l’Orient-Express pour découvrir la plume de cette grande dame du roman à énigme.

Un train bloqué. Un mort. Une dizaine de passagers. Tous sont suspects. Qui est coupable ? Hercule Poirot fait partie des passagers (ça tombe bien) et décide de mener l’enquête. Et qu’est-ce que j’ai aimé cette lecture ! L’intrigue est parfaite, bien pensée et même en y repensant, difficile de deviner avant la fin, le fin mot de l’histoire.

Hercule Poirot est assez inhumain finalement, mais ce n’est pas vraiment ce qu’on lui demande. C’est un esprit brillant, et son don pour résoudre la moindre enquête est assez impressionnant. J’ai adoré son esprit de déduction, sa façon de poser les questions. De réussir à faire avouer des choses aux gens, sans même qu’ils s’en rendent compte.
Les autres personnages sont vraiment très intéressants. Forcément, quand on sait la vérité, on essaie de tous les revoir sous un autre angle. Agatha Christie est très forte. Je suis toujours sous le charme des gens qui arrivent à inventer ce genre d’histoires. Car je me retrouve bluffée, et j’aime ça ! Mon cerveau va à cent à l’heure, et j’essaie de tout trouver avant la fin, mais au fond j’espère ne pas trouver pour être surprise ! Logique.

Niveau ambiance, j’y étais. Le train d’époque, les mensonges, les wagons-lits, et bien sûr la neige ! S’il vous manque un livre pour le menu stalactites ensanglantées pour le Cold Winter Challenge, vous l’avez avec celui-ci.

Autrice : Agatha Christie
Éditeur : Le Masque
Collection : -
Parution : 2 novembre 2017
Pages : 248


vendredi 15 décembre 2017

Le livre perdu des sortilèges

Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu'au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l'Ashmole 782. Elle ignore alors qu'elle vient de réveiller un ancien et terrible secret - un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au coeur de la tourmente.


Mon avis

Lecture commune avec ma copine NelliNella, commencée le 31 octobre pour aller pile avec la période d’Halloween. Comme il s’agit d’une des trilogies préférées de Lili Bouquine, je plaçais beaucoup d’espoir en cette lecture. Malheureusement… j’ai poussé jusqu’au bout (830 pages quand même), mais rien. Pas d’étincelle, et même une belle douche froide.

Diana est une sorcière (et c’était fait pour me séduire), sauf qu’elle fait tout pour éviter cette vie de sorcière. Pour elle, la science avant tout ! Elle va mettre la main sur un grimoire perdu, que beaucoup de créatures convoitent. Parmi ces créatures : Matthew, vampire depuis des siècles.

Sorcellerie, grimoire étrange, tout était réuni pour que ça me plaise. C’était sans compter sur les personnages que j’ai trouvés très mous. Diana est passionnée par ses recherches, et cherche à ne rien avoir à faire avec la magie. L’histoire du livre était bien trouvée, et j’avais envie d’en savoir plus ! Mais quand j’ai compris que l’autrice allait plus se concentrer sur la romance entre Diana et Matthew… j’ai décroché. J’ai eu cette sensation de lire un remake de Twilight, Bella en sorcière et Edward beaucoup plus vieux. Matthew a malheureusement ce syndrome du vampire très (trop) protecteur. Et Diana, ayant rejeté la magie depuis des années, n’est pas une sorcière très connaisseuse. J’avais l’espoir de tomber sur une sorcière à qui on n’a pas besoin de tout montrer. Sauf que non. Du coup, j’étais de moins en moins emballée. Le summum a été atteint au moment où Matthew emmène Diana en France. Ils passent beaucoup de temps ensemble, et on imagine facilement la suite. Mais même là, c’était trop. Le livre passe en second, voire même en 3e plan.
Sincèrement, j’avais d’autres attentes. Et les caractères de Diana et Matthew m’ont beaucoup déçue. J’ai apprécié la maison de la tante de Diana, qui est vraiment originale, et un personnage à part entière finalement.

Diana commence en étant un personnage très indépendant, je n’ai pas saisi pourquoi l’autrice la faisait reculer ainsi. Elle perd pied, et au lieu de s’accrocher aux gens qu’elle aime, elle se fie rapidement à un parfait étranger. Petit à petit, elle s’efface. D’un côté, j’ai trouvé intéressant de partir d’un personnage fort pour dévoiler ses faiblesses. C’était peut-être fait de façon un peu maladroite. Matthew part trop loin pour moi. Aucun atout, et beaucoup de niaiseries pour un vampire vieux de plusieurs siècles. L’histoire de sa naissance en vampire était vraiment chouette. La suite, beaucoup moins. Ses réactions sont souvent exagérées, et peu adéquates.

La romance prend trop de place, alors que je l’attendais beaucoup moins présente. Car pour moi, le livre devait être au centre de tout. Il lance l’intrigue, s’efface, pour revenir. Mais trop rarement pour être réellement développé. C’est dommage, car je n’aurai pas la patience de poursuivre l’aventure. L’histoire d’amour arrive presque trop tôt, et aurait mérité d’être retardée pour arriver justement par la suite.

Autrice : Deborah Harkness
Éditeur : Le livre de poche
Collection : Fantastique
Parution : 2 mai 2012
Pages : 833


mardi 12 décembre 2017

Le maître des illusions

Richard Papen, un jeune boursier californien, intègre une université du Vermont et entre dans un cercle très fermé d'étudiants cultivés et arrogants, aux journées rythmées par l'alcool et la drogue. Il découvre peu à peu que ces jeunes gens s'adonnent en secret à d'effrayantes pratiques ésotériques.


Mon avis

Donna Tartt fait partie des autrices que je rêvais de découvrir. Peu de romans à son actif, mais que de succès ! J’avais envie de la découvrir avec son premier, et je suis plutôt contente de cette première expérience.

Malheureusement, le titre français m’aura un peu induite en erreur : Le maître des illusions. Souvent, un titre me fait déjà imaginer une histoire. Avec celui-ci, j’avais presque une idée précise de ce que je souhaitais lire. Et l’intrigue commençait très bien dans ce sens-là. Le prologue nous plonge dans une université du Vermont, où quelques étudiants se remettent de la mort de l’un de leurs camardes. Puis l’autrice commence son histoire, bien avant ce drame.
Richard sera nos yeux et nos oreilles. Jeune californien, il décide de partir loin de se famille et choisit une université du Vermont pour poursuivre ses études. Intrigué par un cours de grec ultra select, il va tout faire pour entrer dans cette classe. Richard va y rencontrer Bunny, Henry, Charles, Camilla et Francis. Souvent riches et présomptueux, ils se pensent au-dessus de beaucoup de gens. Avec leurs idées tout leur semble possible, tant que c’est en lien avec leur cours de grec.
Le plus abordable de tous est Richard, celui dont on va se sentir le plus proche. Il est un peu gauche en essayant de se faire passer pour l’un d’eux. Loin des gros comptes en banque et des costumes bien taillés, ses mensonges vont souvent le prendre à son propre piège. Mais petit à petit, sa simplicité va attendrir les autres.
Les cinq autres sont des personnages très complexes. Les jumeaux, Camilla et Charles, possèdent une grande part d’ombre, qu’on entrevoit à peine ici. Henry fait penser au chef de bande torturé, prêt à tout. Bunny est le boute-en-train qui joue de son espièglerie pour titiller les autres, souvent méchamment, tout en faisant passer ça pour de l’humour. Francis est celui qui ressemble le plus à Richard. Un chouette type, qui se fait souvent embarquer dans des histoires rocambolesques ! Difficile de tous les décrire sans trop en révéler.

La première partie se déroule avant le drame et m’a vraiment beaucoup plu. L’autrice joue beaucoup sur l’ambiance. Automne et hiver dans le nord des États-Unis, belle et grande université, logements d’étudiants et fêtes tous les soirs. Souvent, je visualisais les décors du film Le cercle des poètes disparus, qui fait partie de mes favoris. L’histoire est radicalement différente, mais pour la visualisation, ce film m’a beaucoup aidée.
Malheureusement, la seconde partie est beaucoup plus lente et sans saveur. Toute la partie intrigue a été totalement balayée pour moi. Une fois le mystère percé, il ne restait plus grand-chose que j’avais envie de suivre. Pour en revenir au titre, j’attendais quelque chose de spectaculaire. J’ai ensuite regardé son titre original : The secret history, qui en effet colle beaucoup mieux.

Je garde pourtant un bon souvenir de cette lecture. Je me pencherai certainement vers les autres titres de l’autrice, car sa plume et son traducteur sont excellents. J’ai découvert un style très punchy que j’aime beaucoup.

Autrice : Donna Tartt
Editeur : Pocket
Collection : Pocket
Parution : 6 novembre 2014
Pages : 789


dimanche 3 décembre 2017

Concours calendrier de l'avent

CONCOURS DE NOËL 

PREMIERS LOTS DU DIMANCHE 24 DÉCEMBRE : EN COURS


Le compte à rebours a commencé ! Noël approche, et pour vous remercier d'être toujours plus nombreux à me suivre, je lance cette année mon premier calendrier de l'avent. 
Durant les quatre dimanches de l'avent, vous pourrez tenter de remporter l'un des 8 livres que j'ai trouvé pour vous, en seconde main. Le livre d'occasion est important pour moi. C'est l'envie de transmettre plus loin, un livre qu'on a laissé de côté. 

Chaque dimanche à 15h, retrouvez deux nouveaux concours. Ils dureront 7 jours, jusqu'au prochain dimanche, où ils se feront remplacer par les lots suivants. Les conditions de participation seront toujours clairement indiquées dans les formulaires, lisez les bien et que la chance soit avec vous !



  • Pour tenter de gagner Une terre d'ombre de Ron Rash, cliquez sur ce lien pour accéder au Google Forms
  • Pour tenter de gagner Les Dames du lac & Les brumes d'Avalon de Marion Zimmer Bradley, cliquez sur ce lien pour accéder au Google Forms.


Vous faire plaisir me tiens à coeur. 



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...